Saison 2018|19

tissages

Au plan international, l’évolution des pratiques dans le monde de la musique classique se fonde globalement sur le recours à des interprètes prestigieux pour l’exécution d’un répertoire essentiellement traditionnel. Ceci forme l’ensemble insécable dont on attend qu’il remplisse les critères de rentabilité et d’accessibilité, supposés garants de sa viabilité. À l’autre bout, si l’on peut dire, le monde de la musique dite contemporaine ne disposant souvent pas de ressources financières importantes et n’ayant jamais pu vraiment intégrer celui de la « grande » musique, reste en marge et doit trouver seul les moyens d’attirer son public.

La tendance du moment étant celle du mélange des genres et de l’événementiel, la tentation est grande d’y céder sans mesure et de convoquer, dans un ample brassage stylistique, toute l’hétérogénéité des musiques du monde – ou d’avoir systématiquement recours au croisement des arts – dont on espère bien que l’aspect visuel soit en mesure de modérer l’effort qu’a toujours exigé la rigoureuse écoute d’un langage sonore élaboré. Dans ce contexte, le Lemanic Modern Ensemble poursuit continûment une voie singulière qui tente (tout en saisissant parfaitement la nature des changements radicaux qui bouleversent jusqu’à la notion même de « concert ») de relier le passé et le présent, de faire dialoguer, dans un échange fécond, les écritures fortement individualisées des compositeurs d’aujourd’hui et finalement de réduire l’écart existant désormais entre l’écoute pure de la musique et le spectacle.

Les neuf productions que nous proposons pour cette nouvelle saison sont le reflet – que nous espérons probant – de ces préoccupations. De grandes figures s’y trouvent représentées aux côtés d’autres, très talentueuses, mais dont la reconnaissance est plus confidentielle. Servie par des chefs et des solistes de premier plan, la variété de nos programmes permet également un tissage serré des genres musicaux dont l’éclectisme, loin d’être une fin en soi, relève plutôt de la nécessité d’aller vers cette forme nouvelle de partage avec cohérence et lisibilité.

Malgré l’ampleur de la tâche, nous continuons de croire au bien-fondé d’une vraie présence artistique transfrontalière sur le territoire du Grand Genève. Nous exprimons donc notre reconnaissance aux Villes d’Annemasse et de Genève ainsi qu’à tous nos mécènes qui autorisent, par le soutien qu’ils nous apportent, la poursuite de nos projets qui comportent cette saison trois créations mondiales et une création européenne. Enfin, nous remercions avec beaucoup de chaleur l’ensemble de nos partenaires car sans eux nous ne serions tout simplement pas en mesure d’offrir cette nouvelle saison aux mélomanes qui nous suivent dans cette passionnante quête de l’inouï.