Un pont musical entre France et Suisse

Sandra Molloy

Depuis 10 ans, le Lemanic Modern Ensemble promeut la musique classique dans le bassin genevois.

RENCONTRE AVEC UN DES FONDATEURS JEAN-MARC DAVIET.

« Nous revendiquons autant notre appartenance française que suisse », lance Jean-Marc Daviet, qui fonde en 2006, avec Jean-Marie Paraire, l’ensemble musical Namascae, depuis rebaptisa Lemanic Modern Ensemble. Raisonnant en termes de territoire – bassin lémanique – Jean-Marc Daviet souhaite ainsi faire résonner « la musique classique de notre temps, loin d’une vision élitiste », de part et d’autre de la frontière. Lui-même a fait une partie de ses études en France – Annecy, Lyon, Paris – et en Suisse à Genève, et enseigne dans les deux pays. Depuis sa création, l’ensemble travaille avec le compositeur et chef d’orchestre William Blank : « Nos avions besoin de son expertise », décrit Jean-Marc Daviet qui souligne le potentiel de musiciens et de spectateurs sur le bassin lémanique. Une série de concerts entre musique contemporaine et classique, qui débute le 7 novembre prochain, est d’ores et déjà programmée.

2018, l’année industrielle

Au-delà de la musique, le Lemanic Modern Ensemble souhaite être la première association transfrontalière à promouvoir des projets transversaux, associant un territoire et son histoire à la découverte de la musique. En convention avec le Festival Archipel de Genève, l’ensemble est en résidence jusqu’en 2019 ; un appui qui lui permet d’envisager des actions inédites. « Pour 2018, nous projetons de travailler sur l’aspect industriel avec le compositeur David Hudry », décrit Jean-Marc Daviet. Baptisé Machina Humana, ce projet musical vise à mixer des sons des usines avec des instruments classiques et organiser des concerts au sein des entreprises. Une façon de valoriser artistiquement l’industrie dont le tissu entre Haute-Savoie et Suisse est très dense : « Nous voulons inviter les décolleteurs à percevoir leur usine différemment », résume Jean-Marc Daviet. Deux univers finalement pas si différents, tous deux en quête de perfectionnisme et d’harmonie rythmique ; la vision d’un monde industriel surréaliste à l’image du Metropolis de Fritz Lang, un film mis en musique par un autre compositeur, Marin Matalon en 1995, que l’ensemble souhaite également jouer prochainement sur scène.

Imprimer l’article pour le lire hors ligne.

Articles associés

Écrivez-nous !Suivez-nous !Écoutez-nous !