Une histoire du soldat

DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Présentation du projet

1918/2018
Centenaire de la création, un siècle de Théâtre Musical !

Des musiciens ont invité un comédien à partager une lecture de l’Histoire du soldat. C’est leur première rencontre. La répétition générale va commencer.

Mais le stress en scène, à l’approche d’une représentation, peut parfois exacerber les susceptibilités. Surtout quand il y a en jeu l’acquisition d’un petit pouvoir.

Jusqu’à l’arrivée de ce comédien, c’est le violoniste qui avait le beau rôle. Leader de l’ensemble, gardera-t-il cet ascendant sur ses partenaires ?

Dès le début, ça chipote entre ces deux personnes qui ne pourront pas résister au besoin d’en rajouter une couche, à tour de rôle, comme dans un jeu, à chaque occasion qui se présentera.

Mais ce n’est jamais sans risque que l’on met le doigt dans l’engrenage du théâtre.

À mesure que nous entrerons dans l’Histoire, la récurrence de ces incidents nous ramènera à ce conflit jusqu’au moment où, aspirés par la fiction, nos deux protagonistes vont se retrouver liés au destin des personnages  qu’ils auront endossés par la force des circonstances. Ils vont passer de l’autre côté du miroir.

Le violoniste sera le soldat qui finit par tout perdre.

Le comédien sera le diable qui s’empare du violon pour la partie de cartes, esquisse une parodie de danses, travesti en princesse sans calcium puis, mettant le violoniste hors jeu (comme le soldat de l’Histoire), joue la marche triomphale, à sa place, sur son violon (comme le diable de l’Histoire).

Tout comme la Vache qui rit porte des boucles d’oreilles en boîtes de Vache qui rit dans lesquelles cette même Vache rit à l’infini, le Théâtre a parfois recours au procédé d’une mise en abyme : Un personnage qui joue le rôle d’un autre personnage, qui fait du Théâtre dans le Théâtre.

" À quoi bon raconter une histoire que tout le monde connaît si ce n’est pas pour la présenter sous un angle nouveau ? "

Roger Germser

Compositeur et auteur

Igor Stravinsky (1882 – 1971) naît en Russie en 1882. Il passe son enfance à St Pétersbourg. Il est élève du compositeur russe Rimski Korsakov. Il rencontre Diaghilev et commence à composer de la musique pour ballet. A partir de 1914 il voyage beaucoup. Il meurt à New York en 1971. Sa musique marque un tournant au début du XXe siècle.

D’autres œuvres de Stravinsky : « Le sacre du printemps », « L’oiseau de feu », « Pétrouchka », …

Charles Ferdinand Ramuz (1878 – 1947) naît à Lausanne en 1878. Il se rend à Paris pour préparer une thèse et y rencontre de nombreux auteurs. Il se consacre à l’écriture de romans. Ses écrits tendent ensuite vers la poésie. Il retourne ensuite à Lausanne où il meurt en 1947.

Contexte  artistique, historique et social

Stravinsky s’installe en Suisse en 1914 quand la guerre éclate entre la France et l’Allemagne. Il rencontre le poète Charles Ferdinand Ramuz en 1915.

En 1917, la révolution russe éclate en Russie et Stravinsky comprend qu’il ne pourra plus rentrer chez lui.

Il imagine avec Ramuz un spectacle qui coûtera moins cher qu’un opéra. Ramuz écrit l’histoire en s’inspirant du conte russe « Le déserteur et le diable ».

L’œuvre

Cette pièce a été écrite pour un récitant (Trois personnages : le soldat, le diable et la princesse) et 7 instrumentistes (un instrument aigu et un grave pour chaque famille : violon/contrebasse, clarinette/basson, cornet à piston/trombone et plusieurs percussions : caisse claire, tambour de basque, grosse caisse, cymbales, tambourin et triangle).

La pièce est créée à Lausanne en 1918. Elle sera ensuite rejouée version scène ou concert (sans mise en scène). Durée : environ 1h10.

Elle marque la naissance du théâtre musical au XXe siècle.

L’histoire

Un soldat pauvre vend son âme (représentée par son violon) au Diable contre un livre qui prédit l’avenir. Après un séjour offert par le Diable, il revient dans son village. Mais au lieu de durer trois jours, le séjour a duré trois ans. Lorsqu’il revient dans son village, personne ne le reconnaît.

Le soldat utilise alors le livre pour devenir riche. Mais incapable d’être heureux avec sa fortune, il joue aux cartes contre le Diable, son argent contre son violon. Le Diable se laisse voler le violon et le soldat peut s’enfuir.

Il arrive dans un royaume où une princesse malade est promise par son père le Roi à qui la guérira.

Il réussit cette épreuve et épouse la princesse. Malheureusement, cette dernière cherche à connaître son passé. Le soldat quitte le royaume et sa protection et il est emporté par le diable.

Mise en espace et jeu de Roger Germser, accompagné par les musiciens du Festival des Montagnes du Matin le 09/08/2018

Représentation : Une Histoire du Soldat le 09/08/2018 à 20h30 au Château de St Marcel de Félines (Saint-Marcel-de-Félines) – Organisateur : Festival des Montagnes
Crédit photo : © Blandine David (La Clique à Bill)